Catégories
Graphisme

Un processus créatif pour des concepts originaux

Un adage d’un ami scénariste est que les trois premières idées sur un sujet sont toujours banales. S’il arrive que les premières idées soient les bonnes, cette règle se vérifie très souvent et mérite de continuer à chercher de nouvelles pistes. Mais comment les trouver justement, ces idées ? Afin d’apporter quelques éléments de réponses, je vais vous partager aujourd’hui mon processus créatif. S’il est conçu de manière à faciliter la recherche de graphismes originaux, il peut aussi être décliner sur les autres domaines de la création.

L’existant et l’inspiration

Le principal enjeu d’une création est de réussir à être original si ce n’est dans son message, au moins dans sa forme. Pour cela, il est primordial de connaître ce qui a déjà été fait sur le sujet que l’on traite. Les plateformes ne manquent pas pour effectuer cette recherche et dans le cas du graphisme, les sites comme Pinterest, Behance et Dribbble permettent d’avoir quelques aperçus des tendances et de communications originales. Ces ressources ne doivent cependant n’être utilisées que comme source d’inspiration, sans quoi la création ne deviendrait qu’un pâle plagiat d’une œuvre existante. L’enjeu est de collecter autant de ressources pertinentes que possible afin de pouvoir faire le tri dans ses idées : laquelle sera bonne ou au contraire déjà utilisée ?

Le message et son public

Si les créations graphiques possèdent un message (à l’exception de quelques mouvements artistiques), elle s’adresse nécessairement à un public plus ou moins vaste. Dans le cadre de la création d’une communication graphique, il faut prendre en compte le public à qui elle s’adresse. Son âge, ses habitudes, ses comportements et ses goûts sont autant d’éléments importants à prendre en compte pour réussir à attirer son attention. C’est un vaste domaine qui mérite un billet à lui seul que j’écrirai prochainement.

Recherches autour du sujet

Parallèlement à la recherche de l’existant, s’interroger sur l’angle avec lequel on traitera le sujet permet de faire émerger des concepts. À ce stade, consigner toutes les idées sans se censurer et en notant aussi celles qui nous semblent peu pertinentes est la meilleure stratégie. Le tri sera fait plus tard. Ce point est important. En effet, noter les moins bons concepts permet d’une part de les ôter de son esprit pour laisser de nouvelles émerger, d’autre part leur trace permet de les associer à d’autres et ainsi d’enrichir un concept. Il n’y a pas de mauvaises idées, seulement de mauvais traitement au regard d’un sujet et de son public.

Brainstorm et associations d’idées

Parmi les techniques que j’utilise pour établir les pistes de créations, le brainstorm écrit et les associations d’idées dessinées occupent une place centrale. Ces techniques permettent de laisser l’esprit vagabonder vers des concepts nouveaux et originaux. Elles ne sont cependant pas obligatoires et des idées peuvent bien sûr émerger sans celles-ci. Tout comme un concept peut naitre à partir d’un traitement particulier.

Brainstorm

La technique du brainstorm est un tableau ou une carte heuristique regroupant des idées et concepts qui seront utilisés par la suite comme base de création graphique. Il possède en entête le sujet et ses domaines parallèles et est complété par tous les concepts qui viennent à l’esprit. Par exemple, si le sujet est proche d’une idée de mouvement, on pourra inscrire les concepts de sens, dynamisme, voyage, immobile, etc. Il n’y a pas de limites dans le nombre de colonnes, tant que celles-ci sont pertinentes et ne sont pas trop proches.

Associations d’idées

Une fois le brainstorm effectué, j’essaie d’associer deux concepts entre eux sous la forme d’une rapide esquisse. L’objectif est de produire le plus d’esquisses possible pour avoir un large choix lorsque l’on sélectionnera les pistes retenues d’un projet. Cette phase d’association se fait toujours sans se censurer et sans penser à l’aspect technique.

Retenir les pistes

Si la critique est exclue des phases précédentes, c’est ici qu’elle prend toute son importance. À partir de l’étude de l’existant ainsi que des contraintes techniques et des attentes du public visé, il faut déterminer quelles pistes seront les plus pertinentes. Le choix se fait par élimination pour n’en retenir qu’un nombre restreint. En fonction des idées, du temps disponible, il est toujours possible d’associer des concepts entre eux pour les enrichir, les retravailler et aboutir ainsi à une meilleure piste.

Cette méthode, prenant en compte l’existant, les attentes des publics et des outils créatifs tels que le brainstorm et les associations d’idées, permet de faire émerger de nouveaux concepts pour aboutir à une communication originale. Une fois ceci fait, il ne restera qu’à la mettre en œuvre en la déclinant sur les supports nécessaires. Le processus créatif est cependant profondément personnel et chaque artiste possède une méthode qui lui est propre. Et vous, quelle est votre méthode préférée pour créer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *